À véloTour du Vercors à VéloTronçon 4 / Royans Coulmes et Quatre Montagnes

Je Construis mes vacances

Ma sélection (0)   
  • Votre sélection est vide

Je réserve un tout compris

Durée :
 2 jours  3 jours  4 jours
 5 jours  6 jours  7 jours
 8 jours
Les Séjours Organisés  

Le professionnel du jour Tout Voir
Retour à la carte Choisir un autre itinéraire
  • Plus d'infos - Quatre-Montagnes
    Carte / Itinéraire Ajouter à ma sélection




    Le massif du Vercors est un vaste espace constitué de 6 territoires bien identifiés.

    Au Nord, on trouve le "Vercors Quatre Montagnes" (département 38)

    La Molière, Le Val de Lans, Saint Nizier du Moucherotte, Un tramway en montagne, Corrençon-en-Vercors, Château-Julien, Le scialet de Malaterre, Le Bleu du Vercors Sassenage


    Le plateau des Ramées
    Après le Moucherotte, l’itinéraire traverse le plateau des Ramées. Ce vaste alpage fleuri est occupé l’été par des vaches “Villardes”, une race ancienne du Vercors, très adaptée à son environnement et remise au goût du jour par certains éleveurs locaux. Le plateau des Ramées, par son alternance de zones boisées et d’alpages, est un milieu propice au tétras-lyre. Vous pouvez les entendre, mais ne cherchez pas à les voir et surtout restez sur les chemins, car cette espèce remarquable est très sensible au dérangement.

    Le col de l’Arc
    Juste en contrebas du pic Saint-Michel, l’érosion du calcaire a dessiné un grand arc de cercle aux formes harmonieuses, le col de l’Arc. Ce col a représenté jadis un point de rencontre entre les habitants du val de Lans et ceux du Trièves. Les agriculteurs des Quatre-Montagnes venaient y échanger leurs bêtes contre de l’huile et du vin. Aujourd’hui, l’ancienne ferme d’alpage des Allières a été transformée en refuge, très prisé des randonneurs et des skieurs de fond ou de randonnée.

    Le vallon de la Fauge
    Situé au-dessus de Villard-de-Lans, cet ancien vallon glaciaire surprend par son aspect minéral, presque lunaire. À la fonte des glaciers de l’ère quaternaire, l’eau s’est répandue dans les lapiaz et les gouffres qui existaient déjà sous les glaces. Elle a érodé et creusé la roche pour former un grand réseau karstique, qui est devenu, bien longtemps après, un formidable terrain de jeu pour les spéléologues.

    Le balcon Est du Vercors
    Le balcon Est a été créé par des forestiers qui l’appelaient sentier du Périmètre. Il reprend des tronçons fréquentés depuis la Préhistoire (flèches du Néolithique retrouvées). Ce sentier chemine au pied de la majestueuse barrière est du Vercors. Ces hautes falaises calcaires, appelées « les Dolomites Françaises », recèlent de nombreux itinéraires d’escalade. Le mont Gerbier, sous lequel on passe peu après avoir franchi le col Vert, est tristement célèbre : c’est lors de l’ascension de l’une de ses voies que Lionel Terray (vainqueur de l’Annapurna ) a trouvé la mort.

    Le Trou qui souffle
    Situé sur les hauteurs de Méaudre, le Trou qui souffle est en fait une fissure qui exhale l’air des profondeurs. Cette galerie verticale rejoint un vaste réseau souterrain qui concentre les eaux du val d’Autrans-Méaudre, vers l’émergence de la Goule noire, dans les gorges de la Bourne.

    Le bleu du Vercors-Sassenage
    C’est un fromage au lait de vache, à pâte persillée. Ce bleu qui bénéficie d’une AOC est produit sur le plateau du Vercors, au sein du parc naturel régional. D’une saveur douce, il est réputé pour son subtil arôme de noisette.

    Le pas de la Clé
    Ce passage taillé dans la roche permettait autrefois de descendre les troncs d’épicéas du val d’Autrans en un grand jet jusqu’à la vallée de l’Isère. À partir des ports de l’Isère, ils étaient acheminés par bateau vers le Rhône et Marseille, pour la marine marchande. L’abattage et le transport du bois se faisaient en hiver, époque où la neige facilite le glissement des troncs et où les champs demandent moins de travail. Sur le rebord du pas de la Clé, on peut observer un rocher qui porte encore l’empreinte des cordages utilisés pour diriger le bois dans ce toboggan de pierre.

    Gouffre Berger
    La GTV à pied passe à proximité du gouffre Berger, réputé pour avoir permis à des spéléologues de descendre pour la première fois mille mètres sous terre. Ce gouffre donne accès à un immense réseau souterrain (5e plus profond du monde), toujours très prisé des spéléologues. Ses eaux communiquent avec les Cuves de Sassenage, de très belles grottes ouvertes au public et faisant partie des Sept merveilles du Dauphiné.

    La Molière
    Le plateau de La Molière (signifiant mouillé, humide), représente un lieu traditionnel de pâturage pour les génisses. Il abrite une grande variété d’espèces végétales (orchidées…) et animales (marmotte, chamois, chevreuil, tétras-lyre). Il est inscrit parmi les zones naturelles d’intérêt écologiques, faunistiques et floristiques. De ce plateau, la vue s’ouvre sur le val d’Autrans, Grenoble, une bonne partie des Alpes et les contreforts du Massif central.

    Les Trois Pucelles
    Les lames calcaires élancées des Trois Pucelles, au-dessus de Saint-Nizier, ont leur légende. Charlemagne, invité par le seigneur de Naves, fut charmé par ses trois filles. Il les demanda en mariage pour ses neveux, mais elles refusèrent. Furieux, Charlemagne les transforma en pierre.

    Le pas du Curé
    Ce passage permettait jadis au curé d’Engins d’aller célébrer la messe à Saint-Nizier. En effet, Saint-Nizier n’était pas une commune, donc pas reconnu comme une paroisse. Le pas du Curé a toujours représenté un trait d’union entre Engins et Saint-Nizier.

    Corrençon-en-Vercors
    C’est le village le plus au sud du plateau des Quatre-Montagnes, et l’une des portes d’accès à la réserve naturelle des Hauts-Plateaux.

    Les murgers
    À Corrençon, les murgers (ou pierriers) restent la mémoire des montagnards laborieux. Ce sont des amoncellements de pierres jetées là par des paysans d’autrefois pour rendre cultivables les sols ingrats. Cette appellation vient sans doute de la phonétique « murs-jets de pierres ». Ils constituent des refuges pour la faune rampante à la recherche d’un abri. Un circuit a été créé pour les enfants sur les murgers, avec une légende sur le peuple des pierres.

    Le 45e parallèle de latitude nord, qui passe sur la commune de Corrençon, est matérialisé par un monument, une demi-sphère en bronze. Le livret Les Chemins de l’hémisphère (disponible à l’OT de Corrençon) présente deux itinéraires commentés qui relient le village à ce monument.

    Le Champ de la bataille
    Situé sur le GR 91, le lieu-dit Le Champ de la bataille rappelle l’affrontement de 1410 pendant lequel les troupes de l’évêque de Die furent vaincues par celles du comte de Sassenage, seigneur des montagnes de Lans.

    Le canyon des Erges
    Après le Pot du Play, le GR 91 monte dans le canyon des Erges, un endroit sauvage où l’on se faufile dans un relief minéral très esthétique. Ce canyon représente la principale difficulté lors de la traversée des Hauts-Plateaux en ski de fond, car il faut slalomer entre les arbres et les rochers. L’été, c’est moins technique, mais tout aussi joli. Des formes géologiques particulières comme les lapiaz (dalles calcaires lacérées par les eaux) et les scialets (gouffre verticaux) jalonnent le chemin.

    Les bûcherons des Hauts-Plateaux
    Dans le nord de la réserve, appelé le Purgatoire, une grande activité de bûcheronnage existait au début du XXe siècle. Des équipes de deux cents bûcherons coupaient le bois pour alimenter les papeteries de la région.  

    La Molière : C’est un bel alpage d’altitude, qui accueille chaque été près de trois cents génisses. Le site de La Molière, situé à 1 600 mètres d’altitude sur la crête séparant le Val d’Autrans-Méaudre et la plaine de Lans, est très réputé  pour sa vue exceptionnelle sur les grands massifs alpins. Ce plateau étonnant et riche en biodiversité est inscrit au réseau européen Natura 2000 et classé "Espace Naturel Sensible" par le Conseil général de l'Isère

    Le Val de Lans : C’est l’une des rares zones humides du Vercors, car sur un sol karstique, l’eau a tendance à s’infiltrer. Mais ici, une couche d’argile imperméable tapisse le sol et empêche l’eau de s’infiltrer.  Les milieux humides ont une fonction importante : à l’image d’une éponge, ils permettent de réguler le débit des rivières lors des crues et d’éviter les inondations en aval. Ce sont aussi de petites stations d’épuration (car leur végétation filtre l’eau), et des écosystèmes qui abritent une flore et une faune très spécifiques.

    Saint Nizier du Moucherotte : Le village domine de plus de 1000 m l'agglomération Grenobloise. De ce balcon naturel, on peut découvrir une grande partie des Alpes, du Mt Blanc à l'Oisans. La table d'orientation du belvédère 'à 5 mn du village) donne les clefs de ce panoramab "XXL". Au-dessus des gorges du Bruyant, près du carrefour de l'Aigle, vous pouvez faire un petit crochet de 200 m à droite, pour profiter une nouvelle fois d'une superbe vue (laisser les montures en arrière, falaises).

    Un tramway en montagne : Jadis le Vercors était relié à Grenoble par une ligne tramway appelée GVL (Grenoble- Villard de Lans). Débutée en 1909, la construction de cette ligne est stoppée par la première guerre mondiale et s'arrêtera à St Nizier. Les travaux reprennent après guerre, et le tramway dessert Villard de Lans via Lans en Vercors. Mais la concurrence de la route ne permet pas de rentabiliser la ligne qui est démantelée dès 1950. Aujourd'hui sur les parties encore visibles, ses ponts et ses tunnels font le bonheur des randonneurs.

    Corrençon-en-Vercors est le village le plus au sud du Plateau des Quatre-Montagnes, et l’une des portes d’accès à la Réserve Naturelle des Hauts-Plateaux. Outre ses domaines de ski de fond et de piste, Corrençon est réputé pour son parcours de golf dans un cadre exceptionnel, avec vue sur la Grande Moucherolle (2285m).

    Château-Julien est situé au-dessus de Saint-Julien-en-Vercors. Aucun château, mais un beau plateau avec vue sur les crêtes orientales du Vercors. Juste en contrebas, la plaine d’Herbouilly, pâturage de brebis et de chèvres, vaches  constituait le dernier habitat permanent des Hauts-Plateaux, avant la seconde guerre mondiale. Témoin, les ruines d’une ancienne ferme détruite en 1944. Cette plaine, qui abrite une flore et une faune remarquables, fait l’objet d’un arrêté de biotope pour en préserver les richesses.

    Le scialet de Malaterre est une faille spectaculaire au cœur de la forêt de la Loubière, au-dessus de Villard-de-Lans. Le puits, d’une dizaine de mètres de diamètre, s’enfonce à 120 mètres sous terre, n'hésitez pas à mettre pied à terre pour faire quelque pas sur la passerelle qui surplombe le gouffre, impressionnant !


Retour à la carte